Objet de la collection

Oeuvre : Précisions - 1998 17.8 Encart publicitaire Glifanan Pharmacies anciennes, 8 Visages de l'officine | Art & patrimoine pharmaceutique

Numéro d'inventaire: 
1998 17.8

Dénomination: 

Encart publicitaire

Titre: 

Glifanan

Pharmacies anciennes, 8

Visages de l'officine

Domaine(s) DMF: 
Création / Exécution: 

création :
Darigo Pierre-Paul (peintre)
3e quart 20e siècle
1971

exécution :
Laboratoires Roussel (commanditaire)
France, Ile-de-France, Paris (lieu d'exécution)
3e quart 20e siècle
1971

exécution :
Sopel (éditeur)
3e quart 20e siècle
1971

exécution :
Blin et Fils (imprimeur)
3e quart 20e siècle
1971

Date de création / exécution: 
3rd quarter 20th century
Matières et techniques: 

papier (gravure en couleur)

Mesures: 

H. 41,8 cm, l. 27 cm

Bibliographie: 

Une contribution à l'histoire de la pharmacie...

Expositions: 

Zoom sur l'officine/Ordre pharmaciens/2009
Une « pharmacie » grecque
Pharmacies anciennes, 8. Visages de l'officine
Pierre-Paul Darigo
Paris, 1971
Encart publicitaire offset
Ed. Sopel. Imp. Blin et Fils
H. 41,8 cm - L. 27 cm
© Sanofi-aventis

A la manière des vases grecs à figures rouges, Darigo illustre un asclepion, temple dédié au dieu grec de la médecine, comme en attestent le coq et les serpents sur le fronton. Des sculptures monumentales d’Asclépios avec son bâton et de sa fille, Hygie, enlacée par un serpent, encadrent l’entrée. Quatre ex-voto aux formes anatomiques attestent de guérisons antérieures. Un intérêt tout particulier est porté au rendu de la musculature du blessé, couché au pied des marches.
Les malades, pour être admis, étaient purifiés par une série de bains, onctions et sacrifices. Pendant leur sommeil, Asclépios leur apparaissait en songe. Le lendemain, le malade transmettait alors aux prêtres médecins le traitement ordonné par le dieu.